Six questions à Catarina Portas

À l'occasion de notre exposition A Vida Portuguesa du 18 avril au 20 mai à La Trésorerie, nous avons posé 6 questions à Catarina Portas.
Catarina est la fondatrice des boutiques A Vida Portuguesa à Lisbonne et Porto. Ses boutiques regroupent le meilleur du savoir-faire portugais. Textiles, céramique, vannerie, cosmétique, papeterie, édition... tous les secteurs de la maison sont représentés grâce aux manufactures très actives et présentes dans toutes les régions du Portugal.

1/ Qu'est ce qui vous fait courir ainsi ?

Journaliste pendant 20 ans, j'ai raconté le monde qui change. Et puis, un jour, j'ai eu envie d'essayer de changer le monde, mon petit monde, moi-même. Contre la grande distribution qui les ignorait, j'ai voulu rechercher ces produits, marques et usines anciennes qui disparaissaient en partie et les présenter aux nouvelles générations qui ne les connaissaient même pas. Raconter leurs histoires et faire connaître leur qualité est, aujourd'hui encore, un défi qui n'est plus impossible et qui continue à me passionner.


2/ Pourquoi un tel projet ?

Je crois que la richesse du monde est sa diversité - l'idée d'un monde au goût homogène m'effraie. Pour moi, ça a toujours été très clair que la globalisation devrait, pour une question d'équilibre, générer une volonté et une affirmation du local. Mais je crois aussi à un commerce plus juste que celui pratiqué généralement par les multinationales et la grande distribution - ce que j'appelle le commerce délicat : attention aux producteurs, des prix justes sur toute la chaîne, donner au consommateur plus qu'un produit, une histoire, une découverte (qui est aussi celle d'un pays).


3/ Votre dernier objet insolite découvert ?

The Hard Life, un livre de Jasper Morrison regroupant des photos d'objets qui se trouvent dans les réserves du Musée National d'Ethnologie à Lisbonne (Ed. Lars Muller). Surprenant et merveilleux, ce regard d'un grand designer étranger sur les objets populaires portugais...


4/ Le lieu qui vous inspire ?

Les usines anciennes, que je continue de visiter avec fréquence du nord au sud du Portugal, m'apprennent tellement sur mon pays et son histoire, me font connaître des gens d'une résilience incroyable et découvrir des objets qui m'émerveillent. Oui, visiter des usines est mon sport préféré. D'ailleurs le mois prochain, mes visites seront diffusées à la télévision, au Portugal, dans une nouvelle émission documentaire.


5/ Qu'aimeriez-vous avoir que vous n'avez pas encore ?

Rassembler toute cette connaissance acquise au long des dix dernières années dans des livres - j´espère commencer les éditions de Vida Portuguesa en 2018. Et élargir les collaborations avec nos fournisseurs pour agrandir notre ligne de produits exclusifs, avec des artistes ou des designers (depuis 2016, nous avons une équipe de design intégrée au sein d'A Vida Portuguesa).


6/ Votre envie pour les années à venir ?

Continuer, continuer, continuer. Découvrir encore cet objet qui est beau, utile, respectueux, vrai. Et qui raconte une histoire, un pays, un peuple.

La petite sélection de Catarina Portas

La crème de mains Alantoine La lavande magique de Ach Brito Le carnet de nappes en papier Les hirondelles Bordallo Pinheiro Les pièces en céramique Estudio La chaise Gonçalo de Arcalo